La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Des kots verts pour des étudiants à verdir !
Gaëlle Warnant  •  30 janvier 2012  •  Efficacité énergétique

-

On le sait, il y a en Wallonie pénurie de logements étudiants. L’UCL prévoit de construire quelque 600 nouveaux logements d’ici 2016. Ceux-ci devront respecter les prescriptions en matière de Performance Energétique des Bâtiments [1] mais rien n’empêche d’aller plus loin que la norme. L’UCL annonce la couleur : ses nouveaux kots seront « verts ». Reste à espérer que ceux qui en bénéficieront ne seront pas daltoniens.

Par « vert », le Vice-recteur aux Affaires étudiantes précise que ces nouveaux kots ne seront pas que performants au niveau énergétique (basse énergie, même passifs pour certains d’entre eux). « Offrir des nouveaux logements dans une démarche citoyenne, penser aux personnes à mobilité réduite, s’inscrire dans l’économie d’énergie, promouvoir le déplacement à vélo, utiliser des panneaux solaires, les nouveaux logements étudiants de l’UCL s’inscrivent bien dans leur époque », explique la Vice-recteur. Très bien, mais leurs locataires seront-ils en phase avec cette démarche ? Rien n’est moins sûr. Plusieurs de ces « éco-kots » ont été inaugurés voici quelques mois sur les campus de Louvain-la-Neuve et de Woluwe et le bilan est plus que mitigé. Pas tant sur les qualités du logement mais sur les comportements des résidents. Utilisation abusive du chauffage électrique d’appoint, ouverture des fenêtres qui « court-circuite » la ventilation double flux ou qui augmente le besoin en chaleur, mauvaise utilisation des sas d’entrée…

Si le « concept » d’habitat basse énergie ou passif commence à bien s’ancrer dans les m½urs (preuve en est le succès de salons consacrés à l’éco-construction ou des émissions style « du béton dans la caboche »…), les attitudes à développer pour diminuer toutes les consommations, directes et indirectes, d’énergie et utiliser celle-ci de façon rationnelle doivent encore et toujours faire l’objet d’éducation….à tout âge. Paradoxalement, l’habitat passif demande une collaboration « active » de ses occupants pour maximiser l’efficience de ce type de logement.

Le constat en demi-teinte de l’UCL pour ces premiers mois d’expérience incite les autorités des affaires étudiantes à proposer ces logements à des étudiants conscientisés aux économies d’énergie (l’université va-t-elle instaurer un « numerus clausus » ou un examen d’entrée pour prouver sa « vertitude »… ?). L’idée d’y loger des kots-à-projets qui sensibilisent aux problèmes environnementaux et aux comportements écologiques est séduisante. Ceux-ci pourraient servir de « kots témoins » pour relayer vers les nouveaux occupants les bons usages d’un bâtiment passif ou basse énergie mais aussi proposer toute une série d’actions qui rendront ces logements et leurs habitants un peu plus « verts », notamment une consommation durable via des GAC (groupes d’achat commun) ou GASAP (groupe d’achat en soutien à l’agriculture paysanne), le partage de véhicules ou des activités estudiantines responsables et écologiques.

Info : http://www.uclouvain.be/396448.html

Photographie


[1Les nouveaux bâtiments devront respecter la norme « très basse énergie » à partir de 2014 et la norme « passive » ou équivalente à partir de 2017. Les rénovations d’ampleur, en particulier d’habitations, respecteront la norme très basse énergie à partir de 2015.



 
Près de chez vous
inscrire votre événement
Soutiens