La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Pourquoi les derniers trains sont-ils généralement vides ?
Pierre Courbe  •  18 mars 2014  •  Transport en commun

-

Ce jeudi 13 mars 2014, de retour d’une conférence donnée à l’Académie des Sciences, je me rends à la gare de Bruxelles-Central pour y prendre le train de 20h01’ qui m’amènera à Verviers-Central à 21h25’ d’où je prendrai le dernier train de la journée à destination de Spa, celui de 21h47’ qui arrivera au terminus de Spa-Géronstère à 22h13’.

Consternation ! En gare de Bruxelles-Central, les panneaux d’affichage m’apprennent que le train de 20h01’ est supprimé. « En raison d’un problème lors du trajet précédant », précisent les annonces faites au micro. Je ne pourrai donc pas attraper le dernier train Verviers-Spa.

Trois solutions s’offrent dès lors à moi :
- loger à Bruxelles ou à Verviers ;
- me débrouiller pour parcourir les 17 km du trajet Verviers-Spa de manière « alternative » (marche, stop, taxi) ;
- trouver une bonne âme pour venir me chercher en voiture à la gare de Verviers où j’arriverai à 10h25’ en prenant le train de 21h01’ à Bruxelles-Central.

C’est cette troisième solution que je retiens. Solution qui se complique du fait que le train de 21h01’ quitte Bruxelles-Central avec … 29 minutes de retard (il en perdra encore 6 sur le trajet vers Verviers où j’arriverai finalement à 23h00’) !

Les personnes qui subissent une telle aventure sont nombreuses à en tirer la leçon suivante : ne plus miser sur le dernier train ! Etonnez-vous, après cela, qu’ils soient peu remplis, ces fameux derniers trains de la journée. Les supprimer aura un effet certain : reporter le problème sur les trains précédents, qui deviendront à leur tour les derniers trains de la journée. Trains que l’on peut craindre de ne pas attraper pour divers raisons, outre les suppressions et retards de la SNCB : réunion se prolongeant, rencontre inopinée, accident de parcours sur le trajet vers la gare, … En s’engageant dans la voie de la diminution de l’offre en soirée (et, plus largement, de la diminution de l’amplitude horaire), la SNCB répond-elle vraiment aux problèmes et attentes de celles et ceux qui utilisent ses services ?

Concernant la problématique des trains "vides", on se référera utilement à l’excellent avis que le Comité consultatif des usagers auprès du groupe SNCB (CCU) consacrait à la question au printemps 2008.




 
Près de chez vous
inscrire votre événement
Soutiens