La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Virer les voitures du macadam urbain ? Simple...
Benjamin Assouad  •  1er août 2011  •  Infrastructures mobilité  •  Accessibilité / Mobilité

-
Vider la ville de ses voitures, Matt Logue, photographe de son état, l’a fait. En plus, pas n’importe où. Dans la ville qui est à la voiture ce que Las Vegas est au jeu, une sorte d’incarnation urbanistique : Los Angeles. Une démarche artistique intéressante à partir d’une technique simple…

Pour virer la voiture du macadam, point de technologies coûteuses, seulement de la minutie et de la patience. La solution pour retrouver nos villes serait-elle donc là ?



Un carrefour à Beverly Hills (empty L.A. 13x11, Matt Logue)

Mode d’emploi

Le secret de Matt Logue repose en fait dans l’art de l’occultation. Quand on prend une série de photos, d’une autoroute par exemple, toujours avec le même point de vue, on obtiendra un ensemble de photos où les voitures ne seront pas exactement au même endroit. Ce qui permet sur l’ensemble des clichés d’avoir une photographie du moindre cm² de l’autoroute.

Cet exercice sera d’autant plus aisé et réussi si on prend les photos à un moment – souvent rare - de trafic léger.

Ensuite, à l’aide d’un logiciel de retouche d’image type photoshop, il « suffit » de collationner les morceaux de photos vierges de voitures, en jouant sur les layers, pour pouvoir créer une nouvelle image d’une autoroute intégralement vide de voitures. Des visions étourdissantes.


L’autoroute de San Diego à Sunset Blvd (empty L.A. 13x11, Matt Logue)

Voitures à perpétuité ?

Le résultat est percutant, la réalité des villes demeurant aujourd’hui majoritairement celle de bâtiments cernées de routes congestionnées.

On prend conscience de l’immensité de l’espace dévolu au trafic, à la pollution, à l’insécurité… Et surtout, on se prend à rêver. Car nos villes ne sont pas condamnées à étouffer dans cet air routier. Il n’y a aucune fatalité à devoir risquer sa vie pour traverser une avenue. Et la rue doit pouvoir être revendiquée comme un vrai espace public et ne pas demeurer uniquement un espace de circulation.

Valable à Charleroi, Liège ou Verviers…

Si le travail photographique de Matt Logue, et les déclinaisons vidéos time lapse qui en ont été faites, portent sur Los Angeles, la prise de conscience que cela initie doit aller bien au-delà de la seule réalité californienne. Ce n’est pas la taille plus réduite des Charleroi, Liège ou Verviers qui les épargnent de la gravité et l’acuité des maux routiers. Bien au contraire.

Maintenant, la ville sans voitures, on en parle, on la représente visuellement. Mais ne serait-il pas temps de l’expérimenter concrètement, et ainsi, de passer des discours et fantaisies photographiques à la réalité urbaine concrète ?




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens