La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
CO2 et climat : la spirale infernale s’accélère
9 novembre 2011  •  Climat / changements climatiques / Effet de serre  •  Gaz à effet de serre / CO2

-
Dans son rapport annuel publié ce mercredi, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prédit une hausse de 20% des émissions de dioxyde de carbone (CO2) d’ici 2035, ce qui porterait l’augmentation de la température de la planète sur une trajectoire de plus de 3,5°C. d

« La porte des deux degrés » de hausse de la température dans le monde, qui est l’objectif de la communauté internationale pour limiter les conséquence de ce réchauffement global, « est fermée » si les gouvernements n’engagent pas de nouvelles actions d’ici 2017, prévient l’Agence.

Et si les Etats ne mettaient pas en oeuvre les actions déjà promises, la planète suivrait une trajectoire de hausse de la température de 6°C, ajoute l’AIE, bras énergétique de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), qui réunit 28 pays parmi les plus riches.

Une hausse de 20% des émissions de CO2 amèneraient celles-ci à 36,5 gigatonnes en 2035, les émissions cumulées en 25 ans équivalant aux trois quarts des émissions des 110 dernières années, selon l’AIE. L’Agence invite donc les Etats à investir « sans tarder » sachant que, pour 1 dollar d’investissement dans les technologies « propres » qui ne sera pas dépensé avant 2020, il en coûtera 4,30 dollars supplémentaires pour compenser l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Elle considère qu’une des options clés réside dans la mise en place des techniques de capture et stockage de CO2 et met en garde contre les barrières, notamment législatives, à ces solutions. Parallèlement, l’Agence rappelle qu’un autre moyen de réduire les émissions est de consommer moins d’énergie...

Ce rapport s’inscrit malheureusement dans le prolongement des informations inquiétantes reçues ces dernières semaines. Le Joint Research Center de la Commission européenne puis le Département d’Etat américain à l’Energie ont en effet annoncés des niveaux records d’émissions de CO2 enregistrés en 2010. La situation actuelle marque ainsi une augmentation de 45% par rapport à celle de 1990 qui sert de référence pour les engagements pris dans le cadre du Protocole de Kyoto.

Pour rappel, les climatologues - officiellement rejoints par les décideurs politiques - préconisent une réduction de 50% en 2050 par rapport au niveau de 1990 et estiment que le processus de réchauffement global ne pourra plus être confiné sous les 2°C si on n’est pas passé sous ce niveau de 1990 dès 2015. Autrement dit, en considérant que 1990 = 100, il nous faudrait être à maximum 50 en 2050 et à 99 en 2015. Or, nous sommes passés à 145 en 2010 !

Autant dire que les choses sont plutôt mal engagées et que la responsabilité qui pèse sur les épaules des négociateurs réunis à Durban du 26 novembre au 9 décembre prochains dans le cadre du Sommet des Nations Unies sur les changements climatiques et plus lourde que jamais.




 
Près de chez vous
inscrire votre événement
Soutiens