e-bike2station : témoignage de Cécile
Benoit Coumont  •  18 février 2013

-

e-bike2station, c’est 16 navetteurs qui, durant un an, laissent leur voiture au garage pour leurs trajets domicile-gare.

10 situations vécues qui font que je ne veux plus me séparer de mon vélo à assistance électrique

Cécile vit à 5km de la gare d’Ottignies.

1) Durant le mois de mars 2012, motivée par l’espoir d’être sélectionnée pour le projet e-bike2station, je teste le trajet avec mon vélo classique. Le matin, quel plaisir de prendre de la vitesse en descente, je me sens libre ! Le soir, après 30 minutes de montée assez intense, j’arrive à la maison fatiguée et trempée de sueur… Ça va être difficile de le faire tous les jours, surtout quand la pluie et le vent de face complètent le tableau ! J’espère que je vais être sélectionnée !

2) Ce matin, il y a un gros orage et il pleut à seaux ! Arrivée au boulot, je suis moins mouillée que mes collègues piétons… Vive le pantalon de pluie pour le vélo (et la suite de mon trajet) !

3) Ce soir, il fait 35°C… Ah de l’air, à vélo ! Je suis bien contente de ne pas être enfermée dans l’omnibus qui va d’Ottignies à Mont-Saint-Guibert !

4) Je roulais à vélo en pleine montée et un Monsieur se croyant malin s’amuse à me dire : « Allez, on pédale, c’est difficile hein de monter ! ». Je lui ai répondu du tac au tac, contente de ma répartie : « Non, ça va, j’ai un vélo électrique ! ».

5) L’année 2012-2013 était apparemment une année riche en travaux de voiries. Heureusement, à vélo, on peut se faufiler dans les travaux sans devoir faire un grand détour comme les voitures !

6) Mon train a 15 minutes de retard… Pas grave, mon vélo attendra à Ottignies contrairement à la correspondance !

7) Deux jours de neige et de routes glissantes… Mon vélo me manque… Me voilà de nouveau obligée de prévoir mon départ du boulot en fonction de la correspondance à Ottignies… ou alors de trouver un chauffeur !

8) J’arrive à un carrefour à priorité de droite en pleine montée et dois m’arrêter pour laisser passer une voiture… Heureusement que pour repartir j’ai l’assistance électrique !

9) Lors d’une balade à vélo avec mon mari, dans une montée il me demande : « Ça va ? ». Et je lui réponds : « Oui oui, je pourrais même aller plus vite mais je t’attends ». C’est chouette d’inverser une fois les rôles et surtout, c’est chouette de pouvoir rouler au même rythme tranquillement !

10) L’autre soir, un chien m’a poursuivie sur la route ! Heureusement que mon vélo a été plus rapide !

Conclusion, mon e-bike c’est la liberté… Je ne pourrais plus m’en passer ! D’ailleurs, c’est tout décidé, dans quelques mois je continuerai l’expérience sur mon propre vélo, en espérant qu’il soit aussi fidèle que celui que j’ai eu la chance d’avoir à prêter ! Merci !

Voir les autres témoignages