e-bike2station : témoignage de Véronique
Benoit Coumont  •  3 juillet 2013

-
e-bike2station, c’est 16 navetteurs qui, durant un an, échangent leur voiture contre un vélo à assistance électrique pour leurs trajets domicile-gare.

« Quand on partait de bon matin
Quand on partait sur les chemins »
A mobylette !

Lorsque j’ai reçu le flyer annonçant le projet « e-bike 2 station », je me suis dit que cela pouvait être une excellente occasion de faire davantage de sport tout en prenant de bonnes habitudes de déplacements.

J’habite actuellement à 5 km de la gare d’Ottignies et venir en vélo ordinaire serait impossible pour moi étant donné la durée du trajet, les multiples montées et la transpiration à l’arrivée.

Mais avec ma « mobylette », c’est un plaisir, du moins en été et par beau temps !
Traverser le Bois des Rêves le matin avec un rayon de soleil et respirer l’air frais, ça fait un bien fou !

Si j’avais dû passer dans des rues à forte densité de trafic, j’aurais moins apprécié et le trajet au milieu des voitures, bus et camions m’aurait quelque peu stressée.

Par contre, le froid, les draches et l’hiver diminuent la motivation, s’ajoutant à cela des travaux de voirie m’empêchant d’emprunter mon itinéraire normal pendant de nombreuses semaines.

Partir travailler à vélo implique aussi un changement d’habitudes vestimentaires !
Il faut pouvoir s’adapter aux multiples et rapides changements météorologiques tout en étant relativement bien habillé pour aller travailler.

Globalement, ce fut une expérience très positive, mais comme pour tout, il y a des points à améliorer. Je pourrais par exemple citer le poids du vélo, les pannes de batterie et le stress que cela arrive lors d’un trajet en montée quand on est pressé, trouver un endroit sûr pour garer le vélo en toute sécurité (à Louvain-la-Neuve, on n’a pas à se plaindre, mais ailleurs c’est plus difficile).

J’en profite pour remercier tous les partenaires grâce à qui cette expérience a été possible.

Quant à l’avenir, je n’envisage pas d’acheter un vélo à assistance électrique dans un futur proche, estimant que la technologie des batteries n’est pas encore suffisamment fiable et vu le coût. Dans quelques semaines, je déménage et ce sera l’occasion de changer à nouveau mes habitudes de déplacements pour me rendre à la gare à pied (en 15 minutes).