La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Les Etats-Unis veulent doper leur production d’hydrocarbures off-shore
Pierre Titeux  •  9 novembre 2011  •  Energies fossiles

-
L’administration américaine a présenté ce mardi 8 novembre un programme visant à doper la production d’hydrocarbures en mer du pays, avec 15 ventes de concessions de cinq ans dans le golfe du Mexique (12) et au large de l’Alaska (3). Ces nouveaux permis de forer dans les eaux américaines doivent rendre plus des trois quarts des ressources non-découvertes estimées du pays « disponibles pour l’exploration et le développement », selon un communiqué du département de l’Intérieur, responsable de la gestion des ressources naturelles.

Ce programme constitue « un élément clé de notre stratégie énergétique globale pour faire croître l’activité économique liée à l’énergie et contribuer à réduire notre dépendance au pétrole étranger et créer des emplois », a expliqué Ken Salazar, le secrétaire à l’Intérieur, cité dans le communiqué. M. Salazar a précisé que le projet ouvrait à la production de pétrole et de gaz naturel des zones comme « l’Arctique, où nous devons procéder avec prudence, en toute sécurité et en nous appuyant sur la science ». Dans cette région, les permis devraient être délivrés vers la fin de cette période de cinq ans (soit fin 2017) afin de lancer de nouvelles études scientifiques et de renforcer les plans de réaction à une éventuelle marée noire.

Dans le golfe du Mexique, le programme « prend en compte les leçons retenues après la tragédie de (la plateforme) Deepwater Horizon », dont l’explosion en avril 2010 avait provoqué la marée noire la plus importante de l’histoire des Etats-Unis. La catastrophe écologique avait entraîné un moratoire sur les forages en mer, levé en octobre 2010.

Dans une chronique rédigée en juin 2010, « Le nez dans m... », nous écrivions ceci :

« (...) La position de Barack Obama apparaît d’ailleurs symptomatique de ce dilemme devant lequel nous sommes aujourd’hui. Quelques semaines avant l’explosion de Deepwater Horizon, le Président américain avait en effet communiqué son intention d’autoriser les forages pétroliers en mer au nord de l’Alaska, dans une région glaciaire où les spécialistes s’accordent à considérer que tout incident sous-marin serait quasiment insoluble. Le programme énergétique de son administration prévoyait par ailleurs le développement de nouvelles installations off-shore au large des côtes US, notamment dans le Golfe du Mexique. On peut dès lors douter, sans risquer le procès d’intention, que le moratoire de six mois décrété par BO sous le coup de l’émotion – et qui vient d’être déclaré illégal par la justice américaine – passe le cap de l’effet d’annonce... (...) »

C’était d’une telle évidence qu’il n’y a aucune gloire à tirer de voir les événements donner raison à cette prédiction.

Les bonnes intentions résistent décidément bien mal aux pressions des lobbies et de l’économie...




 
Près de chez vous
inscrire votre événement
Soutiens