La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Valorisation paysagère à Chaudfontaine
Virginie Hess  •  4 novembre 2009  •  Aménagement du territoire  •  Paysage

Depuis une dizaine d’années, le Plan communal de développement de la nature (PCDN) de Chaudfontaine mène un travail remarquable de valorisation des paysages situés sur le territoire communal. Déjà lors de la création du groupe en 1995, certains membres avaient insisté sur la nécessité d’intégrer cette dimension dans le cadre des demandes de permis d’urbanisme. Quelques sites, qui méritaient selon ces derniers une attention particulière, avaient alors été pointés et présentés à l’administration communale.

Depuis lors, la question paysagère a toujours figuré au rang des préoccupations du PCDN qui créa rapidement un sous-groupe thématique chargé de ces questions. Et pour cause, si la commune de Chaudfontaine offre effectivement une diversité de paysages, due notamment à la variété de son relief, elle est également située en zone périurbaine et doit donc faire face à une pression urbanistique constante. Comment dès lors concilier préservation du patrimoine paysager et prolifération de l’habitat ?

L’inventaire des paysages remarquables

En 2001, en réponse à l’appel lancé par la Région wallonne auprès de la commune de Chaudfontaine, le groupe PCDN s’engagea dans la réalisation d’un inventaire et d’une analyse des paysages remarquables de l’entité, en suivant la méthodologie standardisée proposée par l’asbl ADESA [1]. Au total, 50 paysages ont ainsi pu être identifiés et classés en périmètres d’intérêt paysager (PIP), points de vue remarquables (PVR) et lignes de vue remarquables (LVR). « Ces sites ont été sélectionnés en parcourant l’entité au départ de voies ou chemins publics ou des sentiers tels que tracés sur la Carte des promenades pédestres et plan des rues de Chaudfontaine. Chaque site répertorié a fait l’objet d’une fiche signalétique et de documents photographiques, puis a été reporté sur une carte IGN à l’échelle 1/10.000ème de Chaudfontaine [2] ». Conformément à la méthode d’évaluation paysagère recommandée par l’ADESA, la commune a été divisée en unités paysagères délimitées par les lignes de crêtes. Des stations d’observation ont ensuite été localisées autour des différentes unités paysagères ainsi qu’à l’intérieur de celles-ci. Comme le précise l’ADESA, c’est l’observation depuis l’ensemble de ces stations qui permet de dessiner provisoirement le périmètre d’intérêt paysager.
Des photographies aériennes des quatre anciennes communes ont complété ces données et ont permis de situer les différents sites retenus.
Ce projet de valorisation paysagère a mobilisé une dizaine de personnes au sein du PCDN, dont quatre pour le travail d’inventaire mené sur le terrain. Parmi eux se trouvent des représentants d’associations présentes sur le territoire communal et des particuliers. Au sein de ce collectif coexistent plusieurs perceptions du paysage, en fonction des centres d’intérêt des individus. Ainsi, certains d’entre eux, avant tout naturalistes, ont une vision plus protectionniste de l’évolution paysagère, basée avant tout sur la contemplation et la préservation des milieux concernés. D’autres ont une vision plus réaliste, qui tient compte notamment de la dimension socio-économique et de la nécessité de composer avec l’urbanisation du territoire. Cette diversité de points de vue enrichit la réflexion au sein de groupe.
La difficulté de cet inventaire fut en effet d’évaluer la qualité visuelle des paysages. La complexité de la démarche provient essentiellement du caractère subjectif de l’impression reçue. La méthode d’analyse de l’ADESA, basée sur 6 critères d’observation bien définis assure une certaine objectivité à cette approche.

Sensibiliser l’ensemble des acteurs à la richesse paysagère

L’ensemble des données récoltées dans le cadre de ce travail (photographies panoramiques fiches techniques et plans) furent rassemblées dans un album intitulé « Chaudfontaine en 50 paysages », consultable par la population au service environnement de l’administration communale.
Les photos furent ensuite publiées sur le site Internet de la commune et accompagnées d’un dépliant thématique présentant les caractéristiques majeures de certains de ces paysages remarquables, afin de sensibiliser la population à ce patrimoine particulier.
En 2006, le PCDN proposa à la commune d’installer des panneaux didactiques sur le terrain, devant certains des panoramas sélectionnés. Ces panneaux donnent une série d’indications concernant les caractéristiques géomorphologiques et naturelles du paysage observé ainsi que les principaux éléments architecturaux et historiques qui le composent. En outre, toutes les photographies panoramiques des paysages ont été digitalisées et reprises sur des supports puis exposées lors de la présentation de la situation de fait et de droit du schéma de structure communal en mars 2006.
Enfin, l’ensemble des points de vue remarquables inventoriés ont été indiqués et repris sur les cartes des promenades pédestres balisées qui parcourent le territoire communal.

Un outil d’aide à la décision

Après avoir passé tant d’heures sur le terrain, consacré un temps considérable au montage des photos panoramiques et à la rédaction des fiches, l’équipe du PCDN souhaitait que ce travail puisse servir à la commune de Chaudfontaine d’abord, à la Région wallonne ensuite, à différents niveaux : comme document de référence pour la défense de l’environnement à consulter en cas de menaces pesant gravement sur certains sites, comme outil de valorisation touristique, comme source d’information à l’attention des calidifontains, et peut-être à terme comme données à prendre en compte dans la modification des plans de secteur.
L’administration communale, qui reconnaît l’intérêt et la qualité du travail accompli, n’hésite pas à consulter ce dossier dans le cadre de processus décisionnels, ou lors de la mise en ½uvre de programmes et d’actions. Une copie du dossier a aussi été transmise au Fonctionnaire – délégué de la Direction générale opérationnelle Aménagement du Territoire, Logement, Patrimoine et Energie du Service Public de Wallonie (Direction de Liège).

Ainsi, l’ensemble des informations récoltées dans le cadre de cet inventaire paysager est d’ors et déjà intégré dans le schéma de structure communal (SSC) actuellement en cours d’élaboration à Chaudfontaine. L’outil présentera donc une spécificité originale en matière de prise en compte des paysages. En effet, via cet outil de planification, le travail réalisé par le PCDN permettra d’orienter de manière concrète la définition des options stratégiques prises par les autorités locales en termes de gestion des paysages.
En outre, en 2003, la commune a mis en place un système interne d’encodage de données en ligne (système d’information géographique) permettant à tous ses services (environnement, cartographie, aménagement du territoire, urbanisme, travaux, etc.) de remettre leur avis sur chaque demande de permis d’urbanisme ou de lotir déposée à l’administration communale. Les données récoltées dans le cadre de l’inventaire paysager ont été intégrées dans ce système. A chaque nouvelle demande de permis, le service environnement peut, en collaboration avec le PCDN, identifier les paysages remarquables concernés par le projet et voir en quoi celui-ci représente ou non une menace pour ces derniers. Les remarques éventuelles sont ensuite intégrées dans l’avis soumis au Collège communal.
Enfin, de nombreuses synergies ont été développées entre les membres du PCDN et ceux de la Commission consultative d’aménagement du territoire et de mobilité qui se rassemblent au moins une fois par an conjointement afin de partager leurs réflexions et de mettre en commun le travail réalisé au sein des deux structures. La CCATM utilise régulièrement les résultats de l’inventaire paysager du PCDN pour motiver l’un ou l’autre de ses avis dans le cadre des demandes de permis.

Des citoyens acteurs de leurs paysages

Cet exemple montre à quel point un projet citoyen bien construit et mené avec sérieux peut alimenter et enrichir de manière considérable le développement de politiques communales respectueuses du cadre de vie et influer directement sur certaines prises de décisions.
En cela, le projet de valorisation paysagère mené à Chaudfontaine répond parfaitement à l’objectif de la Convention européenne du paysage de favoriser, au sein des Etats concernés, la mise en ½uvre d’une véritable politique du paysage en partenariat avec le public.

Contact et infos : Stéphane Poncelet, éco-conseiller et coordinateur du PCDN, tel : 04/361.54.76 – e-mail : stephan.poncelet@gmail.com ou sur le site Internet de la commune www.chaudfontaine.be, rubrique tourisme.


[1L’asbl ADESA a mis au point une méthode d’inventaire des périmètres d’intérêt paysager et de points de vue remarquables visant à réviser les limites de ces périmètres au plan de secteur

[2Note de présentation du projet réalisée par les membres du PCDN - Avant-propos



 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens